lissyelle.jpg

Le 104 occupé a son blog à consulter ici

Rappel des faits :
En ce 1e avril 2010, nous nous sommes réunis au 104 pour mesurer des étendues.

Etendues de nos désirs communs : nous sommes des citoyens qui attendons d’un établissement artistique public qu’il s’affirme comme un lieu d’utopies actives, comme un lieu de vie, de fêtes, de fabrique d’hospitalités en tout genres.

Etendues de la vacance des lieux : nous constatons aujourd’hui que les promesses du 104 sont en déroute, que sa direction est démissionnaire, que son dispositif sécuritaire est surdimensionné, qu’en lieu et place de ce qui devait faire espace public rugit un courant d’air terrifiant.

Etendue du gouffre financier : nous savons combien l’argent public a filé là, entre les doigts d’une machine administrative et d’un bâtiment vorace, sans que de la dépense quelque trace manifeste ait fertilisé dans la ville.

Nous avons mesuré des étendues, et nous sommes retrouvés en état de préoccupation.

A l’initiative de la revue Mouvement, nous nous sommes exposés là, aux yeux d’une administration intérimaire et néanmoins dubitative, pour faire écho à ces étendues, pour faire écho au vide alentour.

A l’initiative de chacun, nous avons échangé des états d’inquiétudes et de désirs, pour confirmer ainsi que nous veillons, et que nous re-veillerons, pour enfin, espérons-nous, réveiller les lieux.

A l’initiative de tous, nous avons décidé d’occuper les innombrables espaces publics délaissés ici pour affirmer, du haut d’une certitude acquise de nos compétences de citoyens, qu’un autre 104 est possible.”  la suite sur le blog

Le 104 occupé via Google

Illustration :  Lissy Elle | Source